Volet 1. L'armée et les soldats Partie 1.1. Préparer et mener la guerre Partie 1.2. Être soldat Chapitre 1.2.1. Le quotidien du soldat Chapitre 1.2.2. Le soldat prisonnier de guerre Chapitre 1.2.3. Le soldat blessé Chapitre 1.2.4 Le soldat mort ou disparu Sous-chapitre Enregistrement des décès et inscription des morts pour la France Sous-chapitre Fichiers et dossiers individuels Sous-chapitre Disparition et décès en mer Sous-chapitre Sépultures militaires et rapatriement des corps Sous-chapitre Successions des militaires Volet 2. L'arrière et les civils Volet 3. L'après-guerre et la mémoire

1.2.4 Le soldat mort ou disparu

Ce chapitre présente les sources touchant à la mort et à la disparition du soldat. Sur les quelque 150 000 Bretons morts dans le conflit, 24 000 d'entre eux, nés en Ille-et-Vilaine, sont "morts pour la France". Cela correspond à 3,9% de la population de 1911, date du dernier recensement avant l'entrée en guerre. La proportion est bien moindre que dans certains départements voisins mais reste supérieure à la moyenne nationale (autour de 3,2%). Nombreuses sont les familles a avoir été profondément meurtries : la famille Ruellan de Saint-Malo qui a perdu 6 de ses fils en est un exemple désormais connu. Parmi les catégories sociales les plus touchées chez les soldats, les agriculteurs viennent en tête, suivis par les classes moyennes et les ouvriers.

Très vite, devant l'ampleur des pertes, les administrations civiles et militaires se sont organisées pour enregistrer, lister, comptabiliser et annoncer le décès des soldats. Les communes ont joué un rôle particulièrement important dans ce processus. Les maires sont aidés dans leurs démarches par un petit guide qui est publié dès 1914, le "Rôle des maires et officiers de l'état civil" que l'on retrouve dans plusieurs communes. Différentes étapes sont suivies. Le décès doit d'abord avoir été notifié au maire : une notification de décès est envoyée par le bureau de la comptabilité du régiment ; dès réception, le maire doit en informer les familles et leur délivrer un extrait d'acte de décès. L'acte de décès du militaire doit être transcrit dans les registres de la commune du dernier domicile connu. Il est enregistré dans les registres de l'état-civil au regard d'un acte dressé par un officier d'état civil (civil ou militaire) ou par le gestionnaire d'un hôpital et contresigné par deux témoins. Les registres ne sont pour autant pas toujours renseignés facilement ; les avis de décès ou de disparition arrivent tardivement et les registres peuvent n'être mis à jour qu'après plusieurs mois voire années.

La création du service de l'état civil aux armées, en 1916, a facilité la situation : il était en effet chargé de surveiller la tenue des actes, de s'occuper de la liquidation des successions et de repérer les tombes des soldats.

A partir de 1918, les transcriptions des actes sont possibles dès lors qu'un jugement déclaratif de décès a été rendu. C'est le tribunal d'instance du domicile légal du soldat décédé ou disparu qui est compétent. Le règlement des successions est alors possible.

POUR ALLER PLUS LOIN

En complément des notices, on pourra consulter les développements qui ont été apportés sur certains sujets, pour mieux comprendre le contexte :

- La mention "Mort pour la France" ; le livre d'or des Morts pour la France



FRAD035_GDS14-18_jpg_0077.jpg
En illustration : Guerre de 1914. Décès aux armées et dans les hôpitaux dans les hôpitaux à l'intérieur. Disparitions. Rôle des maires par Edg. Trigant-Geneste, sous-préfet honoraire. Imprimerie orléanaise, 8 pages, [août 1914] - AC Sixt-sur-Aff, non coté.

Boite à outils

DANS LE GUIDE DES SOURCES

Sur cette thématique, les sous-chapitres complémentaires sont les suivants :

- dans le volet 3 : le retour des corps et les sépultures ; les honneurs ; les monuments aux morts.

SOURCES ARCHIVISTIQUES

- Aux Archives départementales d'Ille-et-Vilaine : recensements de population pour les années 1911 et 1921

- Aux Archives nationales : Livre d'or des Morts pour la France de 1914-1918

RESSOURCES EN LIGNE

- Sur le site internet "Mémoire des hommes" : base de données "Morts pour la France 1914-1918" ; base de données "Sépultures de guerre" : soldats morts durant le conflit et enterrés dans les nécropoles nationales.

- Sur le site internet des Archives nationales : listes communales du Livre d'or des Morts pour la France 1914-1918

BIBLIOGRAPHIE LOCALE

JORET Eric, LAGADEC Yann (dir.), Hommes et femmes d'Ille-et-Vilaine dans la Grande Guerre, Rennes, Conseil général d'Ille-et-Vilaine, 2014 SACHET Claudia, "La Grande Guerre", Archives et histoire n°5, Conseil général d'Ille-et-Vilaine, 2014.


Participer, partager, travailler