Volet 1. L'armée et les soldats Volet 2. L'arrière et les civils Volet 3. L'après-guerre et la mémoire Partie 3.1. Sortir de la guerre Chapitre 3.1.1. La démobilisation et la réinsertion Chapitre 3.1.2. La reconnaissance et le dédommagement Chapitre 3.1.3. Le retour au temps de paix Sous-chapitre Administration générale du département Sous-chapitre Vie politique Sous-chapitre Surveillance et maintien de l'ordre Sous-chapitre Démographie et santé des populations Sous-chapitre Reconstruction matérielle et du territoire Sous-chapitre Situation économique et sociale Partie 3.2. Se souvenir et honorer

Encouragement à la natalité

La guerre a eu des conséquence démographiques importantes. L'épidémie de grippe en 1918 a aussi joué un rôle déterminant dans les pertes humaines. En raison de la situation déficitaire des naissances par rapports aux décès, des mesures législatives de protection de la famille et d'encouragement à la natalité sont prises. Ainsi, la loi du 29 juin 1918 instaure la prime à la natalité. Une commission départementale est crée par décret du 31 mars 1920. En 1921, cette commission demande la création d'un service spécial de la natalité pour contribuer au relèvement de la population française.

L'encouragement de la natalité est à mettre en perspective avec l'assistance aux femmes en couche, les primes d'allaitement (loi du 24 octobre 1919) et la protection des enfants du premier âge (loi du 23 décembre 1874).

La loi de 1920 interdit toute propagande pour la contraception, celle de 1923 correctionnalise l'avortement. Cette législation s'explique aussi par la pensée sociale de l'époque, loin des aspirations égalitaires, fondée sur la complémentarité des sexes : les hommes sont faits pour combattre, les femmes pour enfanter.



Plan du sous-ensemble


Participer, partager, travailler