Volet 1. L'armée et les soldats Volet 2. L'arrière et les civils Volet 3. L'après-guerre et la mémoire Partie 3.1. Sortir de la guerre Chapitre 3.1.1. La démobilisation et la réinsertion Chapitre 3.1.2. La reconnaissance et le dédommagement Chapitre 3.1.3. Le retour au temps de paix Sous-chapitre Administration générale du département Sous-chapitre Vie politique Sous-chapitre Surveillance et maintien de l'ordre Sous-chapitre Démographie et santé des populations Sous-chapitre Reconstruction matérielle et du territoire Sous-chapitre Situation économique et sociale Partie 3.2. Se souvenir et honorer

Situation économique et sociale

En 1919, les agriculteurs forment toujours une part importante de la population active. Si le département d'Ille-et-Vilaine est au huitième rang en 1917 avec plus de 15 0000 ouvriers employés notamment pour l'effort de guerre, il reste avant tout un département agricole. Le nombre et la taille des petites exploitations agricoles (moins de cinq hectares) diminuent. Après-guerre, la modernisation et la reprise de la production agricole sont perceptibles à travers l'enseignement, l'utilisation des engrais, le nombre croissant de moissonneuses-batteuses, de motoculteurs et de tracteurs. Les offices départementaux agricoles sont créés par la loi du 6 janvier 1919 dans le but d'intensifier la production agricole : concours de culture et d'animaux reproducteurs, diffusion de renseignements techniques pratiques aux agriculteurs sur les machines et les semences, aide aux efforts des associations agricoles. Le réveil de la vie économique se fait de manière plus lente dans certains secteurs comme celui des mines où, en 1920, les quatre concessions de mines existant dans le département restent inexploitées ; seuls des travaux de reconnaissance sur les filons de deux d'entre elles sont lancés par les sociétés minières exploitantes.

La féminisation de la population active est aussi une des conséquences de la guerre tant dans les administrations qu'à l'usine ou dans les exploitations agricoles. Evolution des mentalités, de plus en plus de femmes se déclarent actives désormais. Le vieillissement de la population, lié à l'exode rural, est une autre conséquence de la guerre. Le monde paysan sera fortement affecté par la crise économique des années 1930 en raison de la saignée durant le conflit et de l'exode rural des années 1920.

Les habitations à bon marché (HBM), créées par la loi du 30 novembre 1894, répondent à un besoin de l'industrialisation pour le logement ouvrier. Sous le contrôle de la préfecture d'Ille-et-Vilaine, plusieurs offices et des sociétés anonymes sont créés au cours des années 1900-1940 dans quelques villes du département (Rennes, Dinard, Fougères en 1920) pour encadrer la construction du parc immobilier et gérer l'attribution des logements aux familles les plus démunies. Rappelons que durant la période de guerre 1914-1918, de nombreuses constructions nouvelles sont suspendues, des locaux sont transformés en usines. Dans certaines villes, la population s'est accrue avec la venue de réfugiés originaires des régions dévastées. A la sortie de la guerre, les pouvoirs publics doivent lutter contre une crise du logement associée à l'insalubrité de nombreux logements. Les constructions de maisons neuves en France depuis 1918 restent peu nombreuses sauf dans les régions du nord touchées par les destructions. L'habitat connaît peu d'évolutions au niveau du confort, de l'hygiène et de la qualité architecturale. La période de l'entre-deux-guerres voit la mise en place de l'électrification des campagnes.

Plan du Sous-Chapitre


Participer, partager, travailler