Volet 1. L'armée et les soldats Partie 1.1. Préparer et mener la guerre Chapitre 1.1.1. Les moyens humains Sous-chapitre Recrutement Sous-chapitre Mobilisation Sous-chapitre Formation Chapitre 1.1.2. Les moyens structurels Chapitre 1.1.3. Les forces et les opérations militaires Partie 1.2. Être soldat Volet 2. L'arrière et les civils Volet 3. L'après-guerre et la mémoire

Mobilisation

Ce sous-chapitre concerne la mobilisation générale pour le service des armées, à savoir la mise à disposition de moyens, les transports de troupe, la mobilisation des services administratifs.

En dehors de quelques sources en provenance de la préfecture et des sous-préfectures, de l'inscription maritime, du diocèse de Rennes ou encore de tribunaux, l'essentiel de la documentation est fournie par les communes. L'ensemble permet de comprendre l'organisation minutieuse mise en place pour préparer la mobilisation des hommes.

Cela passe par les instructions données aux maires pour prendre les mesures nécessaires, les registres de correspondance (signalons ceux de l'inscription maritime), ou encore les décisions des assemblées. Cela passe aussi par la mise en place des moyens d'information des populations : l'affichage, l'ordre de mobilisation, les feuilles de route des soldats ; il reste ainsi de nombreuses affiches concernant l'ordre de mobilisation. Sont également signalées 14 affiches conservées à Vitré relatives aux déclarations des autorités politiques françaises et alliées. La constitution de différents registres et états permet aussi de faire des recensements méticuleux (déclarations de changement de domicile, avis de décès...) ; quelques listes nominatives ou états de mobilisés existent dans 13 communes. Peu de données cependant concernent le recours à des populations spécifiques : une notice seulement sur la mobilisation des prêtres, trois autres sur celle des condamnés, dont les jeunes gens affectés au bataillon d'infanterie légère d'Afrique.

MODE DE CLASSEMENT

Les notices sont réparties en 2 ensembles :

1- la mobilisation au niveau du territoire national ou en Ille-et-Vilaine, au travers des fonds départementaux et diocésains.

2- la mobilisation générale au niveau des communes, à partir des fonds encore conservés. L'ensemble est présenté dans l'ordre alphabétique des communes puis par référence.

POUR ALLER PLUS LOIN : QU'EST-CE QUE LA MOBILISATION ?

Par définition, la mobilisation est le passage « du pied de paix au pied de guerre » des forces terrestres et maritimes. Elle est décrétée par le gouvernement. On peut aussi la définir comme la période pendant laquelle une armée doit être pourvue de tout ce qui lui est nécessaire pour entrer en campagne et commencer aussitôt les opérations, si la situation l'exige. C'est un signal politique fort. Cependant, la mobilisation ne signifie pas obligatoirement l'entrée en guerre.

Dès le temps de paix, le haut commandement français a planifié soigneusement cette période de transition qui doit être courte et exécutée dans l'ordre. Pendant la mobilisation, l'armée doit transporter et incorporer les hommes de la réserve, percevoir le matériel, l'armement et les vivres nécessaires à l'entrée en campagne, organiser les dépôts et armer les états-majors.

Chaque état-major et tous les corps ont préparé à l'avance un journal dit de mobilisation sur lequel les différentes opérations prévues sont énumérées dans le détail, par journée et souvent par heure. Les journaux de mobilisation sont détenus par les chefs de corps et révisés chaque année. Ainsi, tout officier supérieur dans une unité sait ce qui lui incombe dans ce moment capital. Les jours de mobilisation se comptent de minuit à minuit. Enfin, chaque année, une revue de mobilisation permet au haut commandement de s'assurer que rien n'est négligé dans ce domaine.

En 1914, la mobilisation, si elle n'est pas la guerre, suivant la formule de Raymond Poincaré, est proclamée le 1er août en France. Elle s'accomplit dans l'ordre et avec une surprenante facilité, grâce notamment à un effort ferroviaire important. Du 1er au 20 août, les chemins de fer sont militarisés et mettent en route plus de 16 000 trains militaires. Pendant cette période, des troupes de couverture sont déployés sur les frontières pour couvrir la mobilisation. Contrairement à 1870, cet énorme mouvement s'effectue avec une régularité presque parfaite. Du 2 août 1914, premier jour de la mobilisation, au 18 août 1914, plus de 4 millions de Français sont mobilisés. La mobilisation se poursuit pendant toute la guerre, en métropole et dans l'Empire. Au total, plus de 8 millions d'hommes ont été mobilisés du 2 août 1914 au 1er janvier 1919.



FRAD035_GDS14-18_jpg_0004_0001.jpg
FRAD035_GDS14-18_jpg_0004_0002.jpg
FRAD035_GDS14-18_jpg_0004_0003.jpg
FRAD035_GDS14-18_jpg_0004_0004.jpg
FRAD035_GDS14-18_jpg_0004_0005.jpg
En illustration : Annonce de la mobilisation générale pour le 2 août 1914 : copie du télégramme officiel (1er août 1914) - AD35 5 Z 176 (1 vue). Ordre de mobilisation générale : affiche relative à la mobilisation générale et à la réquisition des animaux et voitures nécessaires le dimanche 2 août 1914 - AD35 42 Fi 1 (1 vue). Fascicule de mobilisation avec ordre de route d'Auguste André, classe 1912 - AD35 1 J 1035 (3 vues).

Plan du Sous-Chapitre

Sous-chapitre : Mobilisation

Boite à outils

DANS LE GUIDE DES SOURCES

Sur cette thématique de la mobilisation, les chapitres complémentaires sont les suivants :

- dans le volet 1 : recrutement, où se trouvent notamment les registres matricules.

- dans le volet 2 : fonctionnement des administrations et mobilisation humaine, qui renseignent sur les moyens mis en oeuvre par les administrations ainsi que sur les personnes mises à contribution pour participer à l'effort de guerre.

SOURCES ARCHIVISTIQUES

- Comme sur tout sujet, il faut également penser à consulter les documents généraux produits par les départements et les communes, à savoir les registres de délibérations, registres des arrêtés, registres de correspondance présentés dans le volet 2.


Participer, partager, travailler